Ta première idole ?

Je n’en ai pas une mais plusieurs ! Kluivert (tiens, un ancien joueur du LOSC), Gullit, Van Basten à l’époque du grand AC Milan. J’ai toujours été fan des joueurs offensifs comme Cruyff, Maradona, Ronaldo, Ronaldinho, Zidane ou Rooney.

Ton premier autographe ?

Je ne sais pas si mes parents l’ont conservé. Il s’agit de celui de Pavel Hapal, un ancien joueur de Sigma Olomouc, aujourd’hui entraîneur de Zilina, l’équipe qui dispute la Champions League dans le groupe de Marseille. C’est un bon ami à moi désormais. J’avais découpé et collé sa photo dans un bouquin.

Ton premier numéro ?

À Sigma Olomouc, je portais le numéro 4, comme à Paris. Aujourd’hui, si mon maillot est floqué du numéro 14 avec le LOSC, c’est en référence à Yohann Cruyff ou Thierry Henry.

Ton premier contrat pro ?

En 1999, un véritable rêve. Je voulais jouer au football, gagner de l’argent avec cette passion et récompenser mes parents qui m’ont supporté tout ce temps pour que j’atteigne le haut niveau. Car ils ont dépensé sans compter pour mes équipements, mes voyages, ma formation…

Ton premier salaire ?

C’était avec l’équipe réserve d’Olomouc. Il s’élevait à l’époque à 7 000 CZK (Couronne tchèque). Cela correspond à environ 250€.

Ton premier but ?

Le 15 avril 2001 lors de FK Drnovice-Sigma Olomouc (1-2), à la seizième minute de jeu. Je n’ai pas explosé de joie, comme à chaque fois que je marque d’ailleurs. Tout est intérieur. Mais mon plus beau reste celui inscrit avec le PSG, de trente mètres, à Monaco.

Ta première voiture ?

Je me suis acheté une Golf IV noire. Pour moi, c’est la plus belle série. Elle n’avait pas un moteur monstrueux, mais c’était le top...

Ta première maison ?

J’ai acheté mon premier appartement assez tardivement, étant donné que j’ai longtemps habité dans la maison familiale de mes parents. Il était assez petit, situé à Olomouc. Aujourd’hui, nous avons misé sur une habitation plus grande avec Petra et mon fils Luka.

Tes premières vacances ?

Oh oui, je m’en souviens parfaitement ! Avec mes parents, nous sommes partis en Grèce… par le train ! À ce moment-là, c’était vraiment fantastique de traverser plusieurs pays. Il faut savoir qu’à l’époque, le plus grand voyage que j’avais effectué jusqu’alors était de me rendre à Prague.

Ta première sélection nationale ?

J’ai démarré ma carrière internationale en 2003. Ça s’est concrétisé pendant mon passage en Belgique car je jouais la Champions League. Le sélectionneur de l’époque, Karel Brückner, m’avait repéré. Je pense qu’il m’appréciait. Quand je regarde aujourd’hui que je possède 66 sélections, en ayant disputé deux Euros et une Coupe du monde, je trouve ça pas mal.

Ton premier match avec le LOSC ?

À Lens bien sûr ! Si je ne me trompe pas, il me semble que dans le stade, il y a une tribune « Marek ». Marek ? C’est le prénom de mon frère aîné (35 ans), lui aussi footballeur. Il n’a pas pu se lancer dans une carrière pro à cause de problèmes rénaux. On a évolué ensemble à Kožušany. Avec lui en défense centrale, on pouvait être sûr que rien ni personne ne passait (rires)…

Merci David Rozehnal. Demain sur LOSC.fr, partez à la découverte d’Idrissa Gueye.