Si le PSG a frappé fort durant l'été sur le marché des transferts avec un recrutement clinquant (Luccin, Dalmat, et le retour de Nicolas Anelka pour 220 MF), il est derrière le LOSC après les 16 premières journées de championnat : sur la lancée de leur exceptionnelle saison précédente en D2, les Dogues sont en effet troisièmes !

Sur une pelouse gorgée d’eau, le jeu a du mal à se mettre en place. Anelka, qui revient de blessure, est la première victime de la lourdeur du terrain : il se claque dès la 9e minute. Et il pleut, de plus en plus. La mi-temps est sifflée sur le score de 0-0, et le match est pauvre en occasions. Dès la reprise, le Danois Mikkel Beck ouvre le score pour Lille, sur pénalty. Avantage de courte durée : sur un long ballon dans le camp lillois, la défense des Dogues est trompée par le terrain qui n'absorbe plus rien, et qui stoppe net le ballon : Laurent Robert profite de l'aubaine et marque dans le but vide : 1-1.

On joue encore une dizaine de minutes, jusqu’à ce que l’arbitre constate que le jeu devient impraticable. Il est désormais difficile de faire une passe, sans compter que tout tacle peut mettre en danger les joueurs. Le match est donc interrompu puis, le déluge continuant, définitivement reporté.

15 jours plus tard, même lieu, mêmes acteurs (à part la présence de Luis Fernandez sur le banc parisien, à la place de Philippe Bergeroo, qui a été évincé) : comme en 1985, le match Lille/PSG, interrompu à 1-1 puis rejoué, est remporté par le LOSC 2-0 ! L'Australien Mile Sterjovski signe son premier doublé avec le LOSC, profitant de passes de Mikkel Beck (13e) puis de Christophe Pignol (71e).

Pour aller plus loin sur cette anecdote

logo-blog_0.jpg

 


Revivez la série "Le jour où"

Episode 1 - Le jour où le toit d'Henri-Jooris s'est effondré
Episode 2 - Le jour où la barre transversalle a cédé
Episode 3 - Le jour où le courant s'est coupé face au PSG
Episode 4 - Le jour où l'OM n'est pas venu